ActualitésInstitutionTerritoireEnvironnementTourismeBien vivreEducationMaison des Services PublicsOutils
  Vous êtes ici : accueil > outils > patrimoine haguais > la demoiselle de tonneville
Outils
 

Commune de la Hague
8, rue des Tohagues
BP 217 Beaumont-Hague 50442 La Hague cedex
Tél : 02 33 01 53 33
Fax : 02 33 01 93 48
Lat : 49°39'42.73
Long : 1°49'47.63
 picto Ouvert du lundi au vendredi de 8h00 à 12H00 et de 13h30 à 17h30 (Fermeture à 16h30 le vendredi).
picto
pictodiminuer la taille du texteagrandir la taille du texteimprimez la pagerecommandez cette page

Mise à jour : 11-01-2010
Partagez sur Facebook  Partagez sur twitter  Partagez sur Google+  Partagez sur Linkedin  Partagez sur Viadeo

La demoiselle de Tonneville

Au crépuscule, les dames blanches sortent de leur silence pour hanter les landes. Entre histoire vraie et légende, la Demoiselle de Tonneville est la plus célèbre de ces ombres. Le personnage a vraissemblablement existé au XIIIème siècle même si les versions diffèrent selon les auteurs. Oyez, Oyez braves gens, la légende noire de la dame blanche*.

La Demoiselle de Tonneville puce On raconte que la nature avait doté Blanche de Percy de toutes les perfections de la grâce et de la beauté et de l’intelligence. Enfant, elle avait déjà une âme vindicative et cruelle. Son plaisir de domination ne fit qu’augmenter. Blanche voulait être unique en toute chose. Elle avait refusé tous les partis dignes d’elle et lorsque ses parents moururent, à peu près en même temps, Blanche se retrouva seule dans le grand manoir. La jeune fille étudia la magie et l’astrologie et se mit en communication avec toutes les puissances du noir empire. Ainsi commence la vie démoniaque de la Demoiselle de Tonneville …

puce Un jour de violente tempête, elle remarqua avec stupéfaction que l’un des tableaux accrochés au mur était vide ! Ce juge, au regard menaçant, était un membre de la famille de Percy et Blanche avait entendu raconter pendant son enfance qu’il s’était montré impitoyable envoyant à la mort de nombreuses victimes. Il la regardait, un sourire triomphant sur les lèvres. Il déroula un parchemin et lui demanda si elle en acceptait les conditions. Ce qu’elle fit sans aucune hésitation. Avec une épingle, elle perça sa chair à l’endroit du cœur pour signer le contrat avec son sang. Blanche était maintenant douée d’une force surhumaine et ressentait une joie violente et féroce.

puce La Demoiselle de Tonneville amassa des écus en tracassant les fermiers pour le seul plaisir de posséder et de faire souffrir. La haine qu’elle provoquait l’excitait et l’incitait à de nouvelles rigueurs. Avec son frère, Blanche revendiqua une partie de la lande et intenta une action en justice contre des voisins de Flottemanville mais perdit ce procès. Elle vécut jusqu’au dernier jour brouillée avec tout le monde. Alors que sa mort approchait, elle formula le désir d’appartenir à Satan pourvu qu’elle puisse ensuite hanter les lieux dont on lui avait refusé la possession.

puce Lorsque le curé voulut la conduire au cimetière, les porteurs du cercueil ne réussirent pas à franchir la barrière de la propriété tant le corps était devenu lourd. Volens, nolens, le curé décida de l’enterrer là. Tous espéraient que désormais l’orgueilleuse Demoiselle reposerait en paix pour l’éternité. On se trompait…. Le soir même, une belle demoiselle aux vêtements couleur de brouillard déclara au fermier du manoir de Tonneville qui rentrait chez lui : « je voulais que tu saches que maintenant la lande m’appartient ». Et elle s’envola, légère comme un papillon, riant d’un rire qui n’en finissait pas pour se fondre dans la nuit.

puce C’est ainsi qu’il fut désormais impossible de se hasarder seul sur son domaine. Elle aime se montrer, aérienne et diaphane, près de l’étang ou sur la lande. Elle s’amuse à égarer les voyageurs, à les attirer sur ses pas et à troubler tellement leur esprit, qu’au lieu d’arriver à leur destination, ils se retrouvent brusquement près de l’étang de Percy, où d’un coup brusque elle les précipite et ricane alors du succès de sa ruse.

puce Bien sûr, les esprits sérieux refusent de croire à cette histoire. Pourtant, en 1949, au cours de travaux dans l’enceinte du vieux manoir, on découvrit un cercueil contenant des ossements humains, malheureusement sans inscription pour l’identifier, précisément sous le seuil du pressoir, à l’endroit où la tradition vieille de plusieurs siècles, aurait déposé le corps de Blanche de Percy.

* Texte rédigé à partir des récits de Claude Pithois dans « Légendes du Cotentin » et de Jean Henry dans « Le tour de la Hague et recherches historiques ».

picto Flux RSS     picto Ajouter aux favoris     picto Plan du site     picto Haut de page

Contactez-nous - Mentions légales - © Sylvain Fautrat / Grégoire Martin

Reportages vidéos de la Hague
  Actualités
Pas d'actualités pour l'instant
  Sites Thématiques
Pas de sites thématiques pour l'instant
  Liens Internet
fleche  Sites Favoris
Consultez la liste des sites favoris de la Communauté de communes de la Hague.
Voir le site : Sites favorispuce transparente

programme culturel

onsort.free.fr

visites virtuelles 360°